Renan Noirbusson, trente-six ans sur les tatamis

le

11390123_10206719367765590_6678173078565475047_n

Renan Noirbusson, 43 ans, encadre les judokas de Marsannay-la-Côte. Ce passionné a ­débuté la discipline à 7 ans. Rencontre.

À quel âge avez-vous commencé le judo ?

« J’ai commencé le judo à 7 ans, ce sont mes ­parents qui m’ont proposé d’essayer. Une fois que j’ai passé la porte du dojo, je n’ai jamais quitté la grande famille du judo. »

Quand avez-vous eu envie d’enseigner ?

« À l’adolescence, j’ai passé plus de temps sur les tatamis qu’à la maison, aidant tous les mercredis mon professeur pendant les cours. Je pense que c’est là que l’idée d’enseigner a germé. En parallèle, j’ai poursuivi mon parcours sportif : j’ai eu ma ceinture noire 1er dan en 1988. Puis mon professeur m’a fait passer mon Bafa (diplôme d’animateur, ndlr), ce qui m’a permis d’encadrer les stages de judo. J’ai donné mes premiers cours en 1992, à Meursault, et passé mon brevet d’État 1er degré en 1995. »

Quelles qualités faut-il posséder pour enseigner ?

« Il faut avant tout des qualités humaines, être pédagogue, patient, savoir donner de son temps et ses connaissances sans compter. En plus de l’activité sportive, nous avons un vrai rôle éducatif. Aider nos élèves à s’intégrer dans un groupe, s’affirmer dans la vie tout en respectant les autres avec leurs différences. »

Quels projets avez-vous pour la prochaine saison ?

«Nous envisageons d’organiser un regroupement pour les féminines, avec peut-être la présence d’une personnalité du monde du judo. Nous souhaitons mettre en valeur le judo féminin. À la rentrée, nous proposons trois séances d’essais gratuites, avec prêt de ­judogi (kimono, ndlr). »

(ref : http://www.bienpublic.com/edition-dijon-agglo/2015/08/04/renan-noirbusson-trente-six-ans-sur-les-tatamis)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.